Les nanoparticules

Petits éléments au nom énigmatique, les nanoparticules sont au cœur de l’actualité en raison de leur potentiel caractère « toxique » pour les êtres vivants. Au-delà de l’enjeu environnemental, c’est la santé des êtres humains qui est mise en cause ces derniers mois par de nombreux scientifiques.


Le Laboratoire LESCUYER s’engage !

Toujours au fait des connaissances scientifiques et des évolutions réglementaires et engagé à proposer des produits dont l’innocuité est parfaitement assurée, le Laboratoire LESCUYER vous garantit l’exclusion des nanoparticules de toutes ses formules !

Qu’est-ce qu’une nanoparticule ?

nanoparticulesLes nanoparticules ou nanomatériaux sont des éléments dont la taille est comprise entre 1 et 100 nanomètres (1 nanomètre est 1 million de fois plus petit qu’un millimètre). Cette caractéristique confère à ces éléments des propriétés très intéressantes ayant permis des avancées technologiques significatives.

Ainsi, les nanoparticules sont utilisées dans de très nombreux domaines depuis quelques années : électronique, textile, applications pharmaceutiques et agroalimentaires, aéronautique, automobile, cosmétique, optique, etc. On estime aujourd’hui qu’elles sont présentes dans plus d’un millier de produits.

Pourquoi les nanoparticules pourraient-elles être dangereuses ?

Le danger potentiel des nanoparticules provient de leur petite taille. En effet, elles peuvent franchir les barrières protectrices du corps humain (peau et muqueuses), circuler librement dans le sang, atteindre les organes internes, s’immiscer dans chaque cellule et ainsi interférer avec notre métabolisme.

Par ailleurs, la configuration des nanoparticules augmente leur capacité d’interactions avec les autres molécules présentes dans l’organisme. De ce fait, certaines nanoparticules peuvent fixer à leur surface des molécules, qui peuvent être nocives, les aidant à atteindre certaines zones sensibles.

En mai dernier, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a publié un rapport intitulé « Evaluation des risques liés aux nanoparticules* ». Dans son état des lieux, l’ANSES reconnaît qu’il est impossible à ce jour de garantir l’innocuité des nanoparticules et met en exergue les effets nocifs de certaines nanoparticules constatés sur les organismes vivants (végétaux et animaux). C’est la raison pour laquelle, l’ANSES a ainsi demandé au gouvernement d’intervenir de sorte à réglementer l’usage des nanotechnologies.

Parallèlement, un nouveau règlement européen (règlement n°1169/2011), en application depuis décembre 2014, impose aux industriels de mentionner la présence de nanoparticules sur les étiquetages de leurs produits alimentaires. Cette nouvelle mesure offrira une plus grande transparence et permettra aux consommateurs d’être informés.

*Evaluation des risques liés aux nanoparticules et mise à jour des connaissances. Avis de l’ANSES – Rapport d’expertise collective. Avril 2014.

Publié le

Découvrez les autres articles en lien avec cette thématique