Les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont aujourd’hui pleinement reconnues et utilisées pour leur efficacité. Mais pourquoi les huiles essentielles sont-elles si précieuses ?


huile essentielle

Si l’utilisation des plantes remonte à plusieurs siècles avant notre ère par les Egyptiens, ce n’est qu’à l’époque de la révolution industrielle que l’extraction d’huiles essentielles par distillation à la vapeur d’eau naît. Il faudra ensuite attendre le début de XXème siècle pour que les bienfaits des huiles essentielles soient étudiés et que l’aromathérapie soit une discipline reconnue (René-Maurice Gattefossé).

Substances liquides, odorantes et hautement actives, les huiles essentielles sont aujourd’hui pleinement reconnues et utilisées pour leur efficacité. Mais pourquoi les huiles essentielles sont-elles si précieuses ?

Un procédé d’extraction en douceur

Toutes les plantes ou parties de plantes ne permettent pas l’extraction d’huiles essentielles : il existe environ 4000 essences issues de végétaux aromatiques mais seulement une centaine sont utilisées en aromathérapie.

Différents procédés d’extraction de substances aromatiques demeurent :

  • La distillation à la vapeur, procédé le plus utilisé pour l’obtention d’huiles essentielles.
  • La pression à froid (agrumes), permettant d’obtenir l’« essence ».
  • L’extraction par solvant (fleurs fragiles), aboutissant à l’obtention de « concrètes ».
  • L’enfleurage, permettant de produire des extraits alcooliques de fleurs, nommés « absolues ».

L’extraction d’huiles essentielles est un procédé délicat, exigeant de l’expérience et une surveillance constante. Elle est également coûteuse, compte tenu de la durée d’extraction (parfois longue) requise pour obtenir une huile essentielle « complète », mais aussi en raison de la très grande quantité de matière première requise. En effet, il faut plusieurs kilogrammes de plantes pour obtenir 1 litre d’huile essentielle. Cette quantité monte à plusieurs tonnes pour l’obtention de certaines huiles essentielles (ex : 4 tonnes de pétales pour la production d’1 litre d’huile essentielle de rose de Damas) !

Des substances volatiles raffinées et uniques

Contrairement à leur nom et à leur toucher gras et huileux, les huiles essentielles ne sont pas des corps gras et ne contiennent pas d’huiles végétales. Elles sont cependant insolubles dans l’eau.

Les substances aromatiques et volatiles des huiles essentielles sont composées de différentes molécules complexes (terpènes, phénols, coumarines, cétones, esters…), aux propriétés propres, conférant à l’huile essentielle ses multiples bienfaits. Par ailleurs, un même végétal, en fonction de son biotope (altitude, ensoleillement, humidité…), peut sécréter des structures biochimiques différentes. Cette variabilité biochimique permet de caractériser les huiles essentielles issues d’une même espèce botanique.

Ainsi, deux chémotypes d’une même huile essentielle peuvent présenter des bienfaits différents et des tolérances différentes. De plus, diverses parties d’une même plante (fleur, feuille, tige, écorce, racine, etc.) peuvent produire des essences différentes. Ainsi une huile essentielle de qualité est caractérisée par son nom latin (nom du genre et de l’espèce), son chémotype (s’il y a lieu) et l’organe végétal. Elle doit être également 100% pure et naturelle.

Utilisation et conservation

Utilisées à bon escient, les huiles essentielles sont d’une efficacité exceptionnelle. Très concentrées en molécules actives, elles requièrent des précautions d’utilisation strictes. De ce fait, il est impératif de respecter le mode d’utilisation (orale, cutanée…), le délai entre chaque prise et les doses recommandés afin d’éviter le surdosage qui peut être préjudiciable voire dangereux.

Privilégier l’utilisation de complexes (association de plusieurs huiles essentielles) pré-dosés offre une praticité d’utilisation et une sécurité plus importante. Pour autant il est toujours vivement recommandé de respecter les conseils d’utilisation.

Publié le