Aux origines du Laboratoire LESCUYER

Ancien élève du Dr Catherine Kousmine, pionnière de la nutrithérapie, le Dr LESCUYER a décidé de mettre son expérience au service de cette discipline.


Si les médecins de demain ne sont pas nutritionnistes, alors les nutritionnistes seront les médecins de demain.

stethoscopeCette approche visionnaire de la médecine, formulée dès le 19ème siècle par Thomas EDISON, le Docteur Jean-François LESCUYER l’a faite sienne dès le début de sa carrière de médecin généraliste dans les années 80.

À l’époque, seule une minorité de professionnels de santé commence à s’intéresser aux micronutriments. Pratiquant les médecines naturelles, le Docteur LESCUYER est, quant à lui, convaincu de l’intérêt de la micronutrition. Il décide alors de s’investir activement dans cette nouvelle discipline de la médecine, qui reconnaît le rôle majeur de l’alimentation et de la complémentation en micronutriments dans la santé. Commence alors une période très intense de formation au cours de laquelle il s’emploie à renforcer ses connaissances en phytothérapie, oligothérapie, nutrithérapie… et suit l’enseignement du Docteur Catherine KOUSMINE.

Le Dr Catherine KOUSMINE fut l’une des pionnières de la micronutrition. Toute sa vie, elle a œuvré pour montrer qu’il existait une dépendance étroite entre notre état de santé et notre alimentation. Elle formera plus de quatre-vingts élèves, dont le Docteur Jean-François LESCUYER, qui poursuivent aujourd’hui son travail grâce à sa méthode et son héritage scientifique. Nous devons notamment au Dr KOUSMINE la mise en évidence de l’intérêt d’une complémentation en vitamines, minéraux et acides gras essentiels pour préserver notre capital santé.

Aujourd’hui, le Laboratoire LESCUYER dispose d’une équipe de 6 experts médico-scientifiques intégrés au sein du Laboratoire : un Médecin, deux Docteurs ès Sciences, un Pharmacien, un Diététicien et une Datamanager. Ce pôle de recherche scientifique de haut niveau s’emploie à sélectionner les actifs naturels offrant les meilleures garanties d’efficacité. Il s’appuie, dans ses recherches, sur la littérature scientifique internationale, tout en prenant en compte la pharmacopée traditionnelle qui représente un vivier d’informations très important. Les actifs font l’objet d’une sélection à partir d’un cahier des charges strict, le critère le plus important étant les travaux scientifiques réalisés.

Publié le