Les bienfaits de l’huile d’olive

Utilisée dans la préparation des aliments et dans les composants de certains produits cosmétiques, l’huile d’olive est à nos côtés depuis la nuit des temps.


Share on FacebookTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone

huile-oliveC’est dans les années soixante, au terme d’une grande enquête de santé publique sur les différents modes d’alimentation en Europe que les bienfaits de l’huile d’olive ont été évoqués. En effet, les conclusions de cette enquête furent édifiantes: les habitants de la Crète présentaient une espérance de vie nettement supérieure à celle des pays d’Europe du Nord, due à une incroyable protection contre les maladies cardio-vasculaires et, cela, grâce à une nourriture très équilibrée en divers éléments. Le régime Crétois, car c’est ainsi qu’on l’a nommé, n’est pas un régime « minceur » mais simplement une alimentation parfaitement saine où l’huile d’olive tient une place prépondérante.

L’huile d’olive est considérée comme un véritable « aliment santé » par sa richesse en acides gras mono-insaturés, en vitamine E et en polyphénols.

Les bienfaits de l’huile d’olive pour la santé ont véritablement été reconnus par l’union européenne depuis juillet 2012. En effet, l’huile d’olive peut revendiquer plusieurs allégations de santé.

Tout d’abord les polyphénols qu’elle contient sont des substances biodisponibles et hautement bioactives, leur conférant de multiples bienfaits sur la santé humaine. Ils contribuent notamment à la protection des lipides dans le sang face aux dommages oxydants leur permettant de se défendre contre les radicaux libres qui agressent les cellules.

La forte quantité de vitamine E qu’elle contient participe également à la protection des cellules face aux dommages oxydants.

L’huile d’olive contient aussi une quantité très élevée d’acides gras mono-insaturés qui représentent 80% de son contenu en lipides. Une alimentation riche en acides gras mono-insaturés est liée à une diminution du risque de maladies cardio-vasculaires*.

*Martinez-Gonzales MA, ernandez-Jarne E et al., 2002, Eur J Nutr ; LM54) :153-60.

Publié le

Découvrez les autres articles en lien avec cette thématique