Le burn out, un décryptage simple pour s’en prémunir !

L’épuisement professionnel ou burn out est difficilement mesurable, mais il toucherait entre 5% et 10% des travailleurs, à des degrés plus ou moins élevés. Quelles sont les clés pour s’en prémunir ?


Share on FacebookTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone

burn-out-petitL’épuisement professionnel ou burn out est défini par l’O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé) comme étant « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». Première cause d’absence prolongée du travail, le burn out, terme employé pour la première fois en 1974 par le psychiatre américain Herbert Freudenberger, concerne les hommes comme les femmes, toutes professions confondues.

Des causes multiples et propres à chacun

Le burn out n’est pas un état soudain mais un processus physiologique et psychologique long et progressif. Une surcharge de travail et le fait d’être soumis à un stress important et chronique sont les deux facteurs récurrents auxquels s’ajoutent d’autres sources de tension qui peuvent aboutir à un épuisement professionnel :

  • une autonomie réduite,
  • un manque de reconnaissance,
  • un faible soutien social (supérieur et/ou collègues),
  • une communication insuffisante au sein de l’entreprise,
  • une pression permanente exercée par la hiérarchie,
  • une impossibilité à dire stop,
  • une insécurité d’emploi…

Des signes caractéristiques à repérer

Survenant de manière très insidieuse, étape par étape, sans que la personne concernée ne s’en aperçoive réellement, le burn out présente néanmoins des signes avant-coureurs caractéristiques :

  • fatigue chronique,
  • négativité, pessimisme,
  • difficulté à prendre de la distance avec son travail,
  • troubles physiques : insomnie, manque d’appétit, perte de poids, problèmes de digestion, douleurs (tête, dos…), crise de larmes, crise de nerf…,
  • troubles psychiques : irritabilité accrue, frustration, manque d’entrain, désespoir, peur…,
  • diminution des capacités cognitives (difficulté de concentration, perte de mémoire, lenteur de réalisation…),
  • dévalorisation de soi, sentiment d’échec,
  • isolement.

Des clés pour s’en prémunir

Afin de gérer le stress et maintenir un équilibre entre vie professionnelle et personnelle, il est primordial de mettre en application les conseils suivants :

  • apprendre à se connaître et à ne pas dépasser ses limites,
  • se fixer des objectifs réalistes,
  • savoir dire non et savoir déléguer,
  • adopter une alimentation équilibrée,
  • conserver un temps de sommeil récupérateur,
  • préserver sa vie privée et profiter des moments de repos pour souffler et relâcher la pression,
  • prendre du recul,
  • pratiquer une activité sportive,
  • accepter de ne pas être parfait.

Une complémentation micronutritionnelle spécifique

En complément de mesures clés pour ne pas se laisser entraîner dans un processus d’épuisement professionnel, une complémentation micronutritionnelle adaptée peut s’avérer être une aide précieuse, grâce à des actifs spécifiques aux propriétés reconnues :

  • La mélisse est traditionnellement utilisée afin de conserver un bien-être physique et mental, de faciliter la digestion et d’aider à limiter les états de tension et d’agitation.
  • Le millepertuis agit quant à lui de façon bénéfique sur le moral et l’humeur, une vraie solution naturelle pour aider à maintenir un équilibre émotionnel.
  • La rhodiola rosea est une plante particulièrement reconnue pour aider l’organisme à s’adapter au stress émotionnel notamment lors de situations stressantes ou de surmenage. Elle a notamment un effet bénéfique sur la fatigue nerveuse.
  • Le houblon, la passiflore et la valériane sont trois actifs conseillés lors de difficultés d’endormissement, de sommeil léger et irrégulier et de réveil nocturne.

Découvrez nos produits MILLEPERTUIS, RHODIOLA 300 et SOMNUSIA !

Publié le

Découvrez les autres articles en lien avec cette thématique