La population française très déficiente en oméga 3

Les français mangent trop d’acides gras saturés et pas assez d’acides gras insaturés, parmi lesquels on retrouve les oméga 3. Une récente étude publiée par l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation) montre en effet l’inadéquation des apports en lipides par rapport aux Apports Nutritionnels Conseillés (définis en 2011).


Share on FacebookTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone

omega 3Les lipides, des nutriments indispensables

Les lipides, plus communément appelés matières grasses, sont composés d’acides gras. Selon les Apports Nutritionnels Conseillés, les lipides devraient représenter entre 35% et 40% de l’apport énergétique total1.

On distingue deux grandes familles d’acides gras : les acides gras saturés et les acides gras insaturés. Ces derniers sont à privilégier car ils ont des rôles importants dans différentes fonctions physiologiques.

lipides

Déficiences chez les adultes :

L’étude publiée par l’ANSES en septembre 2015, met en évidence une surconsommation d’acides gras saturés (présents dans le beurre, la charcuterie, les viennoiseries, …) au détriment des acides gras insaturés (Oméga 3, 6 et 9).

Les chiffres sont impressionnants, en particulier chez les jeunes adultes (18 – 34 ans). Ainsi, 78% des adultes consomment en excès les acides gras saturés (82% chez les 18-34 ans), alors que leurs déficiences en Oméga 3, 6 et 9 sont importantes2 :

  • Déficit en oméga 9 : 91% de la population (94% chez les 18-34 ans)
  • Déficit en oméga 6 : 63% de la population (68% chez les 18-34 ans)
  • Déficit en oméga 3 (EPA + DHA)3 : 90 % de la population (96% chez les 18-34 ans)

Notons aussi que pour préserver l’équilibre cardio-vasculaire, nous devrions consommer au maximum 4 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3, or la plupart des individus (plus de 97%) dépassent largement ce ratio. Les cellules de l’organisme peinent alors à synthétiser les oméga 3 (EPA+DHA) du fait de la prédominance des oméga 6. Il est donc indispensable de veiller à apporter les oméga 3 essentiels à l’organisme en qualité et quantité suffisantes !

Tous les oméga 3 ne se valent pas.  Le Laboratoire LESCUYER s’engage à vous proposer une huile de poisson contenant des oméga 3 de qualité, certifiée EPAX et labellisée Friend of the sea ! En savoir plus.

Déficiences chez les enfants (en % de la population) :

Le même déséquilibre nutritionnel est constaté chez les enfants. Ainsi, 84% d’entre eux consomment en excès les acides gras saturés, alors que leurs déficiences en Oméga 3, 6 et 9 sont importantes2 :

  • Déficit en oméga 9 : 96% des enfants.
  • Déficit en oméga 6 : 73% des enfants.
  • Déficit en oméga 3 (EPA+DHA) : 89% des enfants âgés de 3-9 ans et 96% chez les 10-17 ans.

 

1AFSSA, 2010, saisine n°2006-SA-0359
2Rapport de l’ANSES, Apports en acides gras de la population vivant en France et comparaison aux apports nutritionnels conseillés définis en 2010, Septembre 2015.
3Acide eicosapentaénoïque (EPA), acide docosahexaénoïque (DHA).

Découvrez notre produit OMÉGA 3 !

Publié le