La danse comme thérapie

Si la danse est un moyen d’expression corporelle, elle est aussi un excellent outil de développement personnel, de connaissance de soi et parfois de reconstruction psychologique. A quelques jours de la Journée Internationale de la danse, célébrée le 29 avril, découvrons pas à pas les bienfaits de cette pratique universelle qui peut également être utilisée dans le cadre d’une thérapie.


Share on FacebookTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone

danse comme thérapie

Les bienfaits de la danse

La danse, comme toute activité physique, est bonne pour la santé. Pour rappel, L’INPES1 recommande 30 minutes d’activité physique par jour. Danse classique, valse, tango, salsa, rock, hip hop, chacun y trouve son rythme et son swing !

La majorité des cours de danse commencent avec des échauffements qui incluent des exercices de souplesse et d’étirement. Danser permet également de renforcer l’équilibre et la coordination, tout en travaillant en douceur certains groupes musculaires.

D’un point de vue cognitif, la danse permet de développer l‘imaginaire et de travailler la mémoire notamment dans le cas de chorégraphies.

Enfin, la danse est un très bon moyen de retrouver un bien-être qu’il soit physique ou psychique.

La danse-thérapie, qu’est-ce que c’est ?

Face à une grande joie, notre corps s’exprime parfois en frappant dans nos mains, en sautant, en serrant quelqu’un dans ses bras. Face à la tristesse, nous nous prenons la tête entre nos mains, nous nous recroquevillons… Expression corporelle et état d’esprit sont intimement liés, et les mouvements, que nous éprouvons le besoin de faire, peuvent être aussi variés que la palette de nos émotions.

La danse-thérapie permet de redécouvrir son anatomie, faire remonter une foule de sensations, de sentiments ou de pensées et de réhabiliter par cette occasion des capacités psychiques et/ou physiques endommagées. Il s’agit donc d’un soin par l’approche créative. La musique stimule la personne et, avec elle, les pensées sont plus légères, les tensions s’atténuent, le corps se dénoue et devient l’instrument à partir duquel on apprend à être bien dans sa peau et dans sa tête.

Aucune capacité ou talent artistique n’est nécessaire pour s’engager dans cette approche thérapeutique. C’est avant tout un travail pour soi, même si la danse peut se pratiquer au sein d’un groupe et apporter une notion de partage.

Pour qui ? Pourquoi ?

Il n’y a pas d’âge pour s’initier à la pratique de la danse. Au-delà de tous ses bienfaits sur la santé, elle nous donne l’occasion de rencontrer d’autres personnes et surtout de se divertir !

La danse peut être utilisée en thérapie pour toute personne qui souhaite améliorer l’estime de soi, atténuer le stress, l’anxiété, les tensions physiques… Certaines organisations, proposant la danse comme thérapie, s’adressent plus particulièrement aux personnes fragilisées. Cela peut concerner des personnes isolées, celles qui ont subi des violences ou encore celles qui font face à la maladie. Des partenariats sont d’ailleurs mis en place dans certains hôpitaux. Il s’agit alors d’accompagner ces personnes dans leur reconstruction psychologique (dépasser les difficultés rencontrées, accepter son corps, retrouver sa féminité…) et dans leur réintégration sociale.

« Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot. » Yuri Buenaventura

 

1INPES : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé.

Publié le