Attention aux idées reçues : qui dit algue ne dit pas forcément iode !

Le Laboratoire LESCUYER sélectionne des actifs de qualité, d’origine naturelle pour formuler ses compléments alimentaires. Parmi ceux-ci on retrouve notamment des algues, qui contrairement aux idées reçues n’impliquent pas obligatoirement une teneur élevée en iode !


Share on FacebookTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone

algue2-moyenUnicellulaires ou dotées de structures cellulaires très complexes, les algues font partie des organismes les plus anciens sur Terre. Selon leur origine, elles sont qualifiées d’algues marines ou d’algues d’eau douce, les secondes se caractérisant par une très faible teneur en iode (traces).

La chlorella et la spiruline, deux algues à très faible teneur en iode.

En effet, la chlorella et la spiruline sont deux algues d’eau douce. Caractérisées par leur richesse en nutriments, elles sont pour autant très faiblement dosées en iode (teneurs moyennes : <200 µg pour 100 g de spiruline et <60 µg pour 100 g de chlorella).

L’extrait de wakamé du Laboratoire LESCUYER « désiodisé »

Le wakamé autrement appelé Undaria pinnatifida est une algue brune (en forme de lobe) comestible à la saveur intense. Pauvre en calories, cette algue originaire d’Asie, est également une véritable source micronutritionnelle (fibres solubles, acides aminés essentiels, oligoéléments, minéraux, vitamines, antioxydants). Cette algue, contrairement à la spiruline et la chlorella, est riche en iode.

Pour autant, lextrait sec d’Undaria pinnatifida, entrant dans la composition de NÉOMINCIL Draineur du Laboratoire LESCUYER, subit une étape de purification (« désiodisation ») qui permet de retenir la grande majorité de l’iode garantissant ainsi sa très faible teneur en iode.

Les personnes sous régime pauvre en iode ou concernées par des dysfonctionnements thyroïdiens, peuvent-elles consommer ces algues ?

Compte tenu de la teneur quasi nulle en iode de la chlorella et de la spiruline, les personnes intolérantes à l’iode ou prenant des hormones thyroïdiennes de substitution peuvent donc, sans aucune contre-indication, consommer des compléments alimentaires à base de spiruline et/ou de chlorella.

Concernant le wakamé, grâce à l’étape de purification que subit l’extrait du Laboratoire LESCUYER, ces personnes peuvent également la consommer. Sans cette étape de « désiodisation », cette algue serait déconseillée.

Toujours soucieux de vous apporter des produits de qualité et sûrs, le Laboratoire LESCUYER vous garantit la très faible teneur en iode de ses extraits de spiruline, de chlorella et de wakamé. Ainsi, même les personnes intolérantes ou concernées par des dysfonctionnements thyroïdiens peuvent bénéficier de leur extraordinaire richesse en micro et macronutriments !

Publié le