Quel lien entre asthme et allergies ?

Aujourd’hui, 1 personne sur 4 est concernée par une allergie. Dans certain cas, notamment si elle n’est pas prise en charge, elle peut évoluer vers l’asthme allergique. A l’occasion de la dernière journée française de l’allergie, on apprend qu’un quart de la population allergique est susceptible de développer un asthme dans les 10 ans¹. Si le terrain génétique peut en être à l’origine, des facteurs environnementaux entrent également en ligne de compte.


Share on FacebookTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone

asthme allergique

Comprendre l’asthme allergique

L’asthme allergique a la particularité d’être déclenché par un élément allergène (pollen, acarien, moisissure, poils d’animaux, allergie alimentaire…). L’asthme révèle une cause allergique chez 50% des adultes et 80% des enfants¹. Une allergie se déclare lorsque le système immunitaire identifie un élément extérieur comme allergène. Lorsque l’organisme rencontre de nouveau cet élément, les réactions allergiques se déclenchent. Dans le cas de l’asthme allergique, il s’agit d’un rétrécissement des bronches qui entraîne des difficultés respiratoires.

Des facteurs environnementaux aggravants

Environ 70% des enfants dont les deux parents sont allergiques développent eux-mêmes une allergie². Cependant, les facteurs environnementaux jouent également un rôle décisif dans le déclenchement de l’allergie et de son évolution vers des manifestations telles que l’asthme allergique :

  • la pollution extérieure : les gaz d’échappement et les particules fines irritent les voies respiratoires et augmentent le pouvoir allergisant des pollens,
  • la pollution intérieure : acariens, moisissures, phanères…,
  • la fumée de tabac,
  • le manque d’aération de l’habitation.

Les signes à surveiller

En moyenne, une personne allergique attend 7 ans avant de consulter un professionnel de santé³. Cette période de latence peut entraîner une aggravation des manifestations allergiques, jusqu’à l’asthme allergique. Certains signes doivent vous encourager à vous tourner vers un spécialiste :

  • toux nocturne,
  • rhinites chroniques,
  • difficultés respiratoires lors de l’effort,
  • respiration sifflante.

Limiter la présence d’allergènes dans son environnement

Si la consultation d’un professionnel de santé reste incontournable, il est également essentiel d’adopter certains réflexes dans votre vie quotidienne afin de minimiser votre exposition aux allergènes.

Pour limiter les allergènes présents dans votre environnement extérieur :

  • Aérer son logement de préférence le soir, ou après la pluie, périodes pendant lesquelles les pollens sont moins présents dans l’air.
  • Se laver les cheveux avant de se coucher pour éliminer les pollens.
  • Surveiller le calendrier pollinique et éviter de sortir pendant les pics de pollens.

Pour limiter les allergènes présents dans votre environnement intérieur :

  • Laver régulièrement le linge de maison (rideaux, draps…).
  • Eviter le contact avec des chiens ou des chats.
  • Stocker les produits chimiques à l’extérieur (produits d’entretien, peintures…).

 

Découvrez notre dossier conseils allergies !

 

¹Raffard M., Partouche H. Allergologie en pratique. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Traité de Médecine Akos, 2-0093, 2008.

²Traité d’allergologie page 345.

³Demoly P et al. L’offre de soins en allergologie en 2011. Revue française d’allergologie. 51 (2011) 64-72.

Publié le